DREAM

Cela faisait partie de mes rêves de toujours: prendre ce train au nom mythique et traverser des étendues immenses, des forêts, des steppes, des plaines à n’en plus finir tout en lisant, dormant, conversant, jouant, buvant du thé. En fait c’est comme cela! 8/10.

HOW TO

Il fallait tout de même l’organiser! Dans un premier temps je m’étais orienté vers une version luxe et touristique du transsibérien: 200 touristes voyageant ensemble dans un train style Orient Express. À priori je n’étais pas contre mais, petit à petit, j’ai eu le sentiment d’un possible manque de liberté. J’ai eu peur de passer à côté de ce qui me semblait une des raisons de ce voyage, à savoir la rencontre avec des russes, J’ai eu peur de devoir fréquenter des gens qui ne m’auraient pas convenus et quand j’ai découvert que les excursions dans les villes d’étapes se faisaient en bus par groupe de vingt personnes et par communauté linguistique, je n’ai plus eu du tout envie de ce voyage. Je me suis donc orienté vers un voyage individuel dans le vrai transsibérien des russes avec des guides et des chauffeurs uniquement pour moi lors des arrêts.

VDM

J’ai organisé cela avec Voyageurs du Monde (VDM) et dans l’ensemble tout s’est bien déroulé. Le confort d’un concierge basé à Moscou mais que l’on pouvait déranger n’importe quand s’est révélé appréciable. Par contre au niveau des explications concernant le transsibérien lui-même j’ai l’impression que VDM était assez largué. En fait le voyage en Première Classe était assez confortable: un compartiment pour deux avec une porte coulissante à fermeture magnétique, des lavabos propres aux extrémités, une employée à votre disposition. Le tout encore une fois très propre. La description de VDM était plutôt apocalyptique pourtant évidemment en troisième classe et comme le montre les photos on était plus proche des cales du Titanic. 8/10.

TEA TIME

Le voyage a été comme je le voulais: du thé grâce au samovar disponible dans chaque wagon, des livres, des petits déjeuners au bar où il y avait très peu de monde et une ambiance très soixante, des pique-nique dans le compartiment avec les conserves: caviar, foie gras, salade russe, achetées à Moscou et stockées dans le frigidaire de la gardienne de wagon et puis des forets de bouleaux, des nuits paisibles, des arrêts, de lents achats, des parties de Scrabble, une bonne compagnie. La gardienne de wagon adorait notre musique et demandait que l’on mette plus fort le son et puis finalement elle nous l’a empruntée. Les voyageurs  de notre compartiment étaient très calmes: des belges qui écrivaient des notes tout le temps, un couple d’américains discrets et élégants, des russes seuls. 8/10..

LANDSCAPE

Tout ce que j’avais imaginé, y compris, les paysages étonnants parfois variés souvent répétitifs et reposants. 

PUNCTUAL

Le train s’arrête assez souvent et est d’une ponctualité étonnante. Ah! Pour connaître le niveau de confort du train il faut regarder leur numéro. Plus le chiffre est élevé moins grand est le confort.  Les arrêts permettent de parler avec des russes même si l’anglais n’est certes pas parlé par tous, de fumer, de se dégourdir les jambes, d’observer les gens, de faire de petites emplettes, de regarder les paysages. 8/10. 

PEOPLE

Et puis les gens sont toujours disponibles et aiment assez être photographiés comme cette petite fille aux pois, ce jeune homme super stylée près du lac Baïkal, où ces belles femmes distantes assises dit un banc dans la ville d’Irkoutsk ou encore cette dingue de mode qui se faisait photographier par nous sans cesse tout en faisant des pointes de danse. 10/10.

©2020 JPMDR

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon