COTTARS CAMP

Le Cottars Camp est centenaire. Domaine immense (à la frontière de la Tanzanie et du Kenya mais coté kenyan) de plus de 25.000 hectares réservés à ses hôtes il offre tout ce dont le voyageur exigeant peut rêver. Le camp compte 11 logements: de vastes tentes dont les sanitaires sont en dur avec toute la partie chambre et salon très joliment meublé dans un style plutôt britannique. Les prix en pleine saison sont assez élevés même si l’on s’y prend assez tôt. Février est la meilleure saison. 

FLIGHT

On y accède par avion à partir de Nairobi ou de Malindi. Quant à moi paresseux et capricieux parce que je ne voulais pas passer une nuit à Nairobi j’avais pris un petit avion privé qui nous a permis de survoler à basse altitude les plaines et les plages. 
Depuis l’aéroport de brousse c’est ensuite un long trajet en Land Rover (prés de deux heures) car les routes privatives sont dans un état précaire surtout après la petite saison des pluies de janvier. Qu’importe, chemin faisant on a repéré une famille de lions. On les découvre s’abritant de la chaleur dans de grands buissons. Le mâle le ventre apparemment bien rempli baille en nous voyant et se rendort. Très détendu il nous envoie quelques gaz ce qui nous oblige, car nous sommes très près de lui, à nous déplacer un peu. Les lionnes nous observent pendant que les lionceaux jouent dans les buissons.  

WILD

Nous continuons notre chemin pour atteindre le Camp situé un peu en hauteur dans les montagnes ce qui fait que les zèbres et antilopes (qui recherchent l’eau des plaines) ne l’approchent pas laissant la place aux singes malicieux. Ceux-ci nous escortent jusqu’à notre tente puis disparaitront pour jouer ailleurs. 

MEAL

Les repas, simples, sont servis dans une grande tente ou dans les jardins. Tout est de bon goût (en fait à mon goût). Les légumes sont locaux (cultivés dans le jardin du camp) et le vin rosé d’Argentine très correct. On nous présente notre chauffeur-guide Masai et son acolyte qui va être en permanence à la recherche des indices qui nous amèneront à rencontrer les divers animaux que nous recherchons.

ANIMALS

En fait toutes les «sorties» se révéleront passionnantes: grands troupeaux de buffles que guettent les lionnes, Impalas et Topis aux grandes cornes et aux pattes si frêles qui bondissent à la moindre alerte ou bien qui nous observent tranquillement. Mais aussi les familles d’éléphants: nous avons pu voir un petit éléphant vieux d’une heure que toute la famille au sens large protégeait comme un rempart, nous avons dérangé un mâle en pleine action amoureuse, nous avons vu ces grands mammifères dévorer des buissons entiers et profiter de la vie.

LEOPARD

Nous avons fait des kilomètres et des kilomètres pour rencontrer des hippopotames et des girafes magnifiques. Les girafes si élégantes nous regardaient avec étonnement puis tout à coup pouvaient disparaître dans un galop étrange.
Merveille des merveilles nous avons croisé un femelle léopard et ses deux petits. Allongée tranquillement au soleil elle nous a observé, s’est étiré, a baillé et a repris le fil de ses réflexions tout en surveillant ses «léopardaux». 
Les soirées étaient très agréables. Nous n’étions pas tenu de fréquenter les autre hôtes au demeurant tout à fait charmants: une famille nombreuse et adulte de norvégiens, une autre famille plus jeune de japonais et un couple de texans.  

ENOUGH

Nous sommes restés trois jours et trois nuits et c’était très bien.       

©2020 JPMDR

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon